Le Kaba cherche, compare et sélectionne pour vous les meilleures alternatives éco-responsables à tous les gestes du quotidien.

Cuir animal, végétal ou vegan : comment s’y retrouver ?

Eloïse Baufreton
Le 30 Novembre 2020
Les décryptages
Partager :

Alors que le mouvement vegan prend de l’ampleur, alors que les consommateurs sont de plus en plus demandeurs de matières respectueuses de l’environnement, la question des alternatives au cuir commence à se poser dans le secteur de la mode… toujours à l’affût des tendances. De nouvelles techniques de travail, mais aussi des matières de substitution, ont vu le jour ces dernières années.
Cuir vegan ou cuir végétal ? On vous explique tout !

les alternatives au cuir

Cuir végétal : attention à la nuance

Quand on entend “cuir végétal”, on s’attend naïvement à trouver une matière composée de fibres végétales. Logique non ? Pourtant, ce n’est pas le cas ! Il faut se pencher sur les étapes de fabrication du cuir pour connaître l’origine de cette appellation.

D’abord, la peau est nettoyée : on enlève les poils et les tissus sous-cutanés. Arrive ensuite le tannage : il s’agit de transformer la peau de l’animal en un matériau imputrescible (qui ne peut pas pourrir) et résistant.
Et là, il existe deux sortes de tannage :

  • Le tannage minéral, au chrome, qui est devenu le plus répandu depuis le XXème siècle. Ses avantages : rapide à effectuer et moins coûteux. Ses inconvénients : toxique, peut provoquer des allergies. Sur 80% de la production mondiale que représente le tannage au chrome, une grande partie est fabriquée sans aucun respect de l’Homme et de l’Environnement.   
  • Le tannage végétal, méthode découverte 10 000 ans avant notre ère, qui consiste à utiliser des agents tannants de sources végétales (écorces de bois, racines, feuilles, fruits…). Ses avantages : moins chimique que le tannage au chrome puisqu’on utilise des végétaux, plus respectueux de l’environnement. Ses inconvénients : onéreux et plus long.


Ensuite vient le corroyage qui donne la solidité, la souplesse, la couleur de base au cuir. Et enfin le finissage qui consiste à donner la couleur et le rendu final.

Le nom “cuir végétal” est donc un raccourci de l’expression cuir à tannage végétal. Il existe d’ailleurs un label nommé Naturleder, qui garantit l’origine du cuir.

les alternatives au cuir animal

Le Label Naturleder

Pour bénéficier de ce label, le cuir doit ne pas avoir été prélevé sur des animaux sauvages ou des espèces menacées. Pour le tannage, les produits à base de chrome sont interdits ; seuls les produits de tannage végétaux et ceux contenant de l’aluminium, du zirconium ou du titane sont autorisés. Il est également interdit d’utiliser les colorants contenant des métaux lourds ou des composés organiques halogénés. Enfin, les détergents utilisés doivent être biodégradables.

Cuir vegan, ou l’oxymore tendance

Ne trouvez-vous pas que l’appellation cuir vegan sonne un peu faux ? Le cuir est une appellation réglementée. En effet, on définit le cuir comme étant “toute matière obtenue de la peau animale au moyen d’un tannage ou d’une imprégnation conservant la forme naturelle des fibres de la peau” (Code de la Consommation Français). 
Mais alors pourquoi parler de “cuir vegan” ? Il s’agit simplement d’un raccourci pour parler d’une matière sensiblement identique visuellement ou dans son utilisation mais qui n’est aucunement issue d’une peau animale.

Voici les différents types de “cuir vegan” qu’on peut trouver dans le commerce :

  • Les cuirs synthétiques : simili-cuir ou plastique de bouteille recyclée par exemple sont des alternatives souvent utilisées, car peu coûteuses. Cependant, il s’agit dans les deux cas de plastique, matière issue du pétrole qui ne sera pas biodégradable et traitée chimiquement dans sa transformation.
  • Le Pinatex (cuir d’ananas) : de plus en plus utilisé et démocratisé, ce cuir est issu du recyclage des feuilles d’ananas. Il a été commercialisé par l’entreprise du même nom située aux Philippines. De nombreuses grandes marques comme H&M, Hugo Boss ou encore Lancel se le sont approprié pour des collections spéciales. Le Pinatex est aussi utilisé chez de plus petites marques telles que Angarde, créateur de chaussures que nous avons sélectionné dans notre comparatif des baskets éco-responsables.
  • Le liège : produit grâce à l’écorce des chênes-lièges prélevée tous les 9 à 10 ans, cette matière a de nombreuses propriétés et est de plus en plus utilisée. On trouve de nombreux sacs en liège tels que ceux de la marque Artisans du liège.
  • Le cuir de raisin : à l’origine de l’idée se trouve une compagnie italienne du nom de Vegea. Ce type de cuir est produit à partir de la fibre contenue dans les peaux et les graines de raisin. Nouveau sur le marché, on retrouve quelques produits ayant repris cette matière telles que les baskets de chez Zèta , marque créée par une étudiante bordelaise.
  • Le Muskin (cuir de champignon) : avec un nom issu d’un mélange entre Mushroom et Skin, ce cuir a été commercialisé par Grade Zero Espace, une entreprise italienne. Il est produit à partir des fibres prélevées sur les chapeaux de champignons. Il est aujourd’hui peu utilisé pour la maroquinerie en dehors du luxe et des défilés.


Il existe bien d’autres types de “cuir vegan” en plein développement : le cuir de banane, de pomme, de cactus,… Nous verrons sûrement ces matières se développer et entrer à leur tour dans notre quotidien.

Pour faire un choix entre ces différentes alternatives au cuir, nous vous conseillons de regarder leur provenance et les engagements des entreprises. De plus en plus de marques s’intéressent à l’origine des matières utilisées pour leurs créations et se penchent sur les innovations que vous venons d’évoquer.
Désormais, vous connaissez la différence entre cuir végétal et vegan et vous pourrez effectuer vos achats en connaissance de cause !

Partager cet article :
Vous aimerez peut-être
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.