logo
algolia-logo

Vacances d’hiver : peut-on skier éco-responsable?

Claire Pian
Publié le 19 janvier 2022
Les décryptages
Voir les commentaires
empty heart

Les vacances à la montagne sont toujours un “shoot” de nature, de grand air et de verdure… Pour autant le bilan carbone des stations de ski est loin d’être négligeable, entre les transports routiers, les infrastructures des remontées ou encore les hébergements.
Mais de plus en plus de stations de sports d’hiver s’activent pour réduire leur impact sur la montagne et sa biodiversité. Comment font-elles ? Quels leviers actionner et à quel label se fier pour partir skier “vert” ? Le Kaba décrypte.

Crédit :

Joan Oger d’Unsplash

Que vous soyez davantage porté.e sur le ski, le snowboard, les raquettes ou simplement adeptes de somptueux paysages : un séjour à la montagne a toujours un côté magique. Fortement impactées par les restrictions liées à la crise sanitaire, les stations de ski alpines, pyrénéennes, vosgiennes et jurassiennes commencent enfin à retrouver leur public pré-covid. Si de nombreux.ses français.e.s ont attendu la réouverture des remontées mécaniques avec impatience, ces deux années de “vide” humain n’ont pu faire que du bien à la montagne.

Selon une étude de 2009 réalisée par l’Association nationale des maires de stations en montagne (ANMSM) et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), les remontées mécaniques ne seraient responsables que de 2% des gaz à effet de serre émis dans les stations de montagne. En réalité, c’est le développement de complexes hôteliers ainsi que les transports (majoritairement individuels) qui se rendent respectivement responsables de 35% et 57% du bilan carbone. Résultat : dans les Alpes, depuis 1900, la température s'est élevée de deux degrés, et la neige n’a jamais été aussi rare.2.

Crédit :

csr\_ch de Pixabay

Un label “Flocon Vert” pour ne plus détruire la montagne

Outre la pollution engendrée par ces infrastructures, la déforestation au profit des skieurs déforme les paysages et chasse la biodiversité de son habitat naturel. Alors pour endiguer ce phénomène, de plus en plus de stations s’engagent aujourd’hui à faire rimer ski et écologie. Dans l’ensemble du domaine skiable français, douze stations sont aujourd’hui certifiées par le label “Flocon Vert”.

Développé par l’association Mountain Riders, ce label garantit l’engagement durable des destinations touristiques de montagne. Il est fondé sur 20 critères qui réglementent notamment l’adaptation climatique, le manque de neige, la politique d’aménagement, la valorisation des espaces protégés, la sensibilisation des visiteurs ou encore la promotion des transports en commun.

Crédit :

Pixabay

A Chamrousse en Isère par exemple, on met en place une journée du tri des déchets, la halte aux mégots par terre, l'opération recyclage des skis… Dans la Vallée de Chamonix, les transports en commun sont gratuits pour limiter l’usage de la voiture individuelle. A Avoriaz, les stations sont, elles, 100% piétonnes, et équipées de 4 bornes pour recharger les voitures électriques. Labellisé “Village étoilé”, Valberg dans les Alpes Maritimes s’est engagé contre la pollution lumineuse en automatisant l’éclairage public, et en coupant 41% des points lumineux entre 00h et 06h. Se faisant, c’est un équivalent 9,265 tonnes de CO2 qui sont évitées chaque année.

Comment réduire son impact environnemental aux sports d’hiver ?

On sait maintenant qu’il est possible de choisir une station plus éco-responsable pour ses futures vacances enneigées. Individuellement, il est aussi tout à fait possible d’agir pour réduire au maximum son impact.

1 Un hébergement éco-responsable, c’est possible

En premier lieu, renseignez-vous afin de savoir si des logements éco-responsables sont disponibles dans votre station. Par exemple, le village AEC Forgeassoud à Saint-Jean-de-Sixt, les cabanes perchées “Là-Haut” à Chambéry ou l’hôtel bioclimatique La Croix de Savoie aux Carroz d’Arraches en Haute-Savoie.

2 Transports : privilégions le train

Essayez de privilégier le train à la voiture pour vous rendre à la montagne. Pour rappel, il pollue l’air jusqu’à 80 fois moins que l’avion et 50 fois moins que l’automobile2.
Une fois sur place, on enfile ses après-ski et on opte pour la marche jusqu’aux pistes si elles sont proches, ou jusqu’aux navettes si besoin.

3 Équipement : on mise tout sur la location ou la seconde main !

Pour des raisons économiques et écologiques, privilégiez la location à l’achat du matériel de ski.
Pour les vêtements de ski, nul besoin d’acheter systématiquement du neuf. Ce type d’articles existe aussi en seconde main sur Vinted par exemple, ou en location sur Picture. Pour les enfants, le site Family Affaire propose également des vêtements de ski d’occasion. Vous pouvez aussi faire le choix de la location pour les combinaisons, gants et manteaux des enfants sur le site little.clotherie.family.

4 Sur les pistes, on respecte la nature

Sur les pistes, respecter les zones balisées et éviter le hors-piste permet de moins détériorer les espaces protégés. Évidemment, il n’est pas question de jeter son mégot du télésiège, ou les emballages de son pique-nique sur le col.

0 commentaire

Aucun commentaire pour le moment.
Soyez le premier à commenter !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Newsletter
Inscrivez-vous !
Guides d’achats, Conseils, Décryptages, Tutos & Recettes, Codes promos… Soyez sûr.e de ne rien manquer de l’actualité de la consommation éco-responsable grâce à la Newsletter du Kaba
Je m'inscrisEnvoyer
Recevez en cadeau votre livret de tutos & recettes approuvés par Le Kaba !