logo
algolia-logo
burger menu

L’Aloe Vera : Zoom sur cette plante dangereusement miraculeuse

Claire Pian
Claire Pian
Publié le
Les décryptages
Voir les commentaires
empty heart

Quid de cette plante grasse souvent prise pour un cactus qu’on trouve aussi bien en déco dans un appartement, que dans des crèmes pour la peau ? Est-elle aussi miraculeuse qu’on le prétend parfois ? Oui, elle a des bienfaits, mais n’oublions pas la liste de contre-indications. Le Kaba vous fait un topo !

Crédit : pexels - Cintia Siqueira

Des origines encore floues

De la famille des aloès, l’Aloe Vera à traversé les époques, visiblement sans jamais lasser l’humain. Plusieurs sources s’accordent à penser que cette plante aurait été découverte il y a plus de 5000 ans en Afrique du Nord. Après avoir fait ses preuves en Egypte et en Grèce antique pour ses vertus laxatives et relatives aux soins de la peau, l’Aloe Vera a séduit le monde entier, trouvant popularité aussi bien en Inde qu’en Chine ou en Amérique du Sud. La légende dirait même que la reine Cléopâtre l’utilisait tant pour se soigner que pour s’embellir. Les Amérindiens, eux, la qualifiaient de “source de jeunesse”.

Aujourd’hui, c’est en Afrique du Sud qu’on trouve la plus forte concentration de cette plante succulente qui, par définition, est adaptée à résister aux climats les plus arides. Autrement, c’est dans les Caraïbes, en Amérique du Sud et centrale que l’Aloe Vera s’épanouit le mieux.

Le gel et le suc : des propriétés bien spécifiques

Avec ses feuilles épineuses, charnues et triangulaires, l’Aloe Vera évoque un petit cactus d’environ 60 centimètres à 1 mètre de haut, sans être véritablement un. Cet arbrisseau vivace aux racines peu profondes sort de terre en touffes, et stocke toute l’eau au niveau de ses feuilles.

Outre sa couche externe, épaisse et protectrice, deux substances présentes dans l’Aloe Vera sont à différencier, car leur utilisation n’a pas les mêmes fins. Il y a d’abord ce fameux gel transparent et visqueux, qu’on appelle mucilage, et qu’on extrait de l’intérieur des feuilles. Composé à 99% d’eau, ce gel est à lui seul un fabuleux cocktail de propriétés bénéfiques pour le corps humain. Parmi ces ingrédients, on trouve notamment des vitamines A, C, E, B1, B2, B3, B4, B6, B9, B12, minéraux et des enzymes, plusieurs acides aminés essentiels, des acides gras, des saponines, de l’acide salicylique, des stérols… Rien que ça !

Et puis, il y a le suc qu’on appelle aussi latex et qui correspond à la sève de la plante. On le reconnait par sa couleur jaune, son aspect poisseux et son goût amer. On trouve ce liquide riche en aloïne juste au cuticule de l’Aloe Vera.

Crédit : pixabay - casellesingold

L’Aloe Vera veut votre bien …

Ce n’est plus un secret, l’Aloe Vera domine aujourd’hui une partie du marché des soins dermatologiques. Il faut dire qu’avec ses vertus cicatrisantes, exfoliantes et apaisantes, la plante peut aussi bien agir en antioxydant pour lutter contre le vieillissement cutané, qu’en tant qu'anti-inflammatoire contre l’acné. Les principes actifs présents dans les feuilles soulageraient même les piqûres d’insectes, les brûlures d’eczéma et autres démangeaisons. En médecine, on utilise aussi l’Aloe Vera pour agir contre les coups de soleil, le psoriasis ou encore la gingivite, les plaies ou les aphtes.

Mais ce n’est pas tout ! Si vous voyez de plus en plus de produits pour cheveux contenant de l’Aloe Vera, c’est parce que la plante a aussi le pouvoir de protéger le cuir chevelu de la sécheresse et des pellicules, de l’hydrater, de le purifier et d'accélérer la pousse . Appliqué sous forme de gel, il rendrait aussi les cheveux plus soyeux et brillants, et faciliterait même la formation des boucles.

… Mais ne doit pas être utilisé aléatoirement

On l’a vu, l’Aloe Vera aurait plutôt tendance à agir sur vous comme un médicament. Cependant, certaines contre-indications sérieuses sont à prendre en considération avant de se lancer. On sait depuis l’Antiquité que le suc présent dans la plante agit bénéfiquement sur la digestion et peut agir contre la constipation. Mais attention, cette sève ne doit surtout pas être ingérée telle qu’elle ! En cause, l’aloïne présente dans sa composition qui aurait des effets irritants sur le système digestif, et serait même classée potentiellement cancérigène par l’OMS1. De même pour le gel dont la consommation par voie interne est déconseillé pour les femmes enceintes, les enfants et individus fragiles.

Alors pour ne pas rendre l’Aloe Vera dangereux pour votre santé :

Privilégier les produits de qualité prêts à l’emploi plutôt que les feuilles fraîches

Interrompre toute consommation de cette plante avant une intervention chirurgicale

Ne pas l’utiliser en cas d'allergie connue aux plantes de la famille des Liliaceae (oignons, ail, échalotes, tulipe, asperge…

Ne pas s’exposer au soleil après s’être enduit du gel d'Aloe Vera

Limiter la consommation de cette plante en cas de prise de certains médicaments (troubles cardiaques, corticoïdes et diurétiques)

Crédit : pexels - ROCKETMANN TEAM

De même pour la cuisine : si la plante est très appréciée sous forme de boisson ou dans un smoothie, veillez à ce que le jus d’Aloe Vera soit le plus pur possible, d’une concentration minimale de 99,7%2. Aussi, le gel ne doit pas être cuit au risque de détruire les enzymes qui sont thermolabiles, c'est-à-dire que leurs effets sont neutralisés au contact de la chaleur. Attention, parmi les centaines de variétés d’Aloe Vera qui existent, toutes ne sont pas comestibles. Si vous croisez le Barbadensis miller, feu vert !

Faire pousser son propre Aloe Vera chez soi

Cet article a scellé votre désir de tester les vertus tant convoitées de l’Aloe Vera ? Alors voici quelques conseils pour l'entretenir dans votre maison ou votre appartement. 
D’abord, veillez à l’élever dans une pièce gorgée de lumière, pour une température avoisinant les 18 à 20°toute l’année. Ne l’exposez ni au soleil directement, ni au froid. Bien qu’elle soit grasse et donc peu demandeuse en eau, l’Aloe Vera doit tout de même être arrosée copieusement une fois par mois en hiver, et toutes les deux semaines en été.

Une fois que les feuilles de votre plantes auront atteint une taille d’environ 20 centimètres, pour pourrez alors :

Les couper

Les nettoyer pour se débarrasser du suc jaunâtre

Retirer les épines sur les côtés de la feuille

Retirer la peau sur la longueur

Extraire le gel

Et c’est tout !

0 commentaire

Aucun commentaire pour le moment.
Soyez le premier à commenter !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Newsletter
Inscrivez-vous !
Guides d’achats, Conseils, Décryptages, Tutos & Recettes, Codes promos… Soyez sûr.e de ne rien manquer de l’actualité de la consommation éco-responsable grâce à la Newsletter du Kaba
Je m'inscrisEnvoyer
Recevez en cadeau votre livret de tutos & recettes approuvés par Le Kaba !