Le Kaba cherche, compare et sélectionne pour vous les meilleures alternatives éco-responsables à tous les gestes du quotidien.

Le Zingam : épicerie de quartier

Eléana Bonnasse
Publié le 09 Septembre 2020
Les SuperShops
Partager :

Acteurs du “bien manger” pour toutes et tous”. Voici le slogan du Zingam, ou plutôt DES Zingam. Ces épiceries de quartier peuplent lentement, mais sûrement, les rues du 11ème arrondissement de Paris, et remplissent les assiettes de ses habitants. Mais pas n’importe comment : au Zingam, on met en avant le produit - 8 sur 10 sont bio - et, ainsi, son producteur. 

Le Zingam 51 rue de la fontaine au roi, 75011 Paris (Métro Goncourt, République ou Parmentier).

Equipe du Zingam

L’équipe du Kaba s’est rendue au “Zingam 2”, rue de la fontaine au roi, pour rencontrer l’équipe de ce Supershop. 

Zingam 1, Zingam 2 : une épicerie en saga 

Il était une fois trois amis d’enfance, trois habitants du 11ème arrondissement, et trois connaisseurs du milieu agricole. Grâce à leurs séjours en fermes expérimentales, ils ont gardé de bons contacts avec quelques agriculteurs de la Drôme. Il n’en fallait pas plus pour lancer, en 2014, le projet du Zingam : “lutter contre la disparition des petits commerces et créer une épicerie de quartier. Et oui ! “Zingam”, ce n’est rien d’autre que “magasin” à l’envers. Une ambiance conviviale, de bons produits, une boutique à taille humaine : voici la recette d’une épicerie réussie. Tant et si bien qu’en 2017, le Zingam 2 voit le jour, à quelques minutes de la première enseigne. 

Les “ami.e.s” du Zingam : les producteurs partenaires

“Notre plus-value, c’est d’avoir des produits français, de qualité et de saison” , explique Mathilde, ex-cheffe en restauration. Son amour pour l’alimentation a commencé dans les cuisines, et se poursuit “tout naturellement” au Zingam, où elle est employée depuis juin 2020.
Lorsqu’elle évoque ses “produits de qualité”, Mathilde sait de quoi elle parle : les cinquante producteurs partenaires du Zingam font autant partie de la boutique que les employés. En effet, une fois passée la porte du magasin, on ne peut faire abstraction de la fresque de photos qui orne le mur de droite : Emmanuel et Christèle, agriculteurs en Ardèche, Stéphanie, éleveuse dans l’Orne, Christine et Régis, viticoles dans l'Hérault. Tous les producteurs partenaires veillent sur nous pendant que l’on choisit leurs produits !
Cet été, certains employés sont même partis en vacances chez des producteurs, ils ont fait la fête ensemble ! C’est plus une relation amicale que professionnelle”, raconte Mathilde. 
 
50 producteurs, certes, mais majoritairement rassemblés dans une dizaine de régions de France. Les transports de marchandises sont donc mutualisés, quoi de mieux pour la planète, et pour l’assiette ? 

Partager le “bien manger”

Bien manger, c’est aussi manger de saison, une valeur chère à l’équipe du Zingam. Mathilde explique pourquoi leurs étals varient tant d’une semaine sur l’autre : “Il y a certains produits que l’on n’a que pendant deux semaines. Tout dépend des arrivages. Mais du coup ça varie : on peut bien manger au quotidien avec des choses différentes et de qualité.” Et cela s’apprend ! C’est pourquoi, toutes les semaines, des membres de l’équipe du Zingam se rendent dans les écoles du 11ème arrondissement pour des ateliers de sensibilisation : c’est L’école comestible. Cette association vise à “changer le monde en éduquant au goût”, une aventure à laquelle le Zingam participe activement ! Depuis 2019, la création, l’épicerie fait partie du conseil d’administration et envoie ses employés parler agriculture, salades et cycle de l’eau dans les classes du quartier. 
 
Toujours dans une volonté de démocratiser une alimentation saine, le Zingam est en partenariat avec des associations qui cuisinent pour les migrants. “On donne tous nos invendus à ces associations. Ainsi, les migrants et les sans abris ont une nourriture de qualité”, explique Céline. Un sourire aux lèvres, que son masque en tissu ne dissimule pas pour autant, la jeune femme raconte : “C’est comme ça que j’ai connu le Zingam ! J’étais chanteuse professionnelle, et bénévole dans une association qui distribuait de la nourriture aux migrants. Le Zingam était un de nos partenaires. Puis je suis moi-même devenue cliente, et après une reconversion, me voilà employée depuis deux ans”.
 
Éduquer au bien manger, une philosophie qui ne pourrait mieux correspondre à Mathilde. Son projet pour la boutique ? “Ecrire des recettes pour les clients, en fonction des saisons et des produits sur les étals”. Mais en attendant, l’ex-restauratrice partage volontiers ses astuces de cuisine. Grâce à une cliente en quête d’inspiration, on apprend que le chou kale est non seulement délicieux en chips, doré au four, mais aussi revenu à la poêle pour une omelette, ou encore frit dans l’huile de tournesol. 

Bio ou pas bio ?

Légumes du Zingam

Sur les étals, environ 80% des produits sont bio. C’est-à-dire tout sauf le fromage, la charcuterie, les champignons et les pommes. Mais Céline nous l’explique : "nous connaissons tous nos producteurs et leur façon de travailler les produits. Seulement, tous ne sont pas labellisés … Et puis cela permet de garder des prix bas, sans perdre en qualité pour autant. C’est important que nous restions abordables pour tous les habitants".
Et oui, le Zingam est une épicerie de quartier. Et qui dit épicerie de quartier, dit lien entre les employés et les riverains. Et d’ailleurs, une tête - masquée - passe l’embrasure de la porte : “Est-ce que Céline est là ?” demande un homme à vélo, a priori habitué des lieux. “Salut Eric !”, répond la principale intéressée, toujours un sourire aux lèvres.

“C’est une ambiance très familiale”, commente Mathilde. “On a aussi créé de belles relations avec les autres commerçants. Par exemple, les tatoueurs d’en face viennent chercher leur sandwich tous les midis”. Car oui, le Zingam vous propose également quelques sandwichs faits minute, selon les envies et les arrivages. Au menu aujourd'hui ? Cheffe Mathilde nous a concocté un sandwich végétarien au beurre de paprika, ou encore un chèvre-chorizo-miel de fleurs. 

Alors si souhaitez déguster un de ces mets, flâner entre les carottes et les mirabelles, ou encore découvrir une nouvelle façon de cuisiner le chou kale, rendez-vous au 51 rue de la fontaine au roi et sur le site du Zingam.

Horaires 

  • Lundi : 16h-21h
  • Mardi au Samedi : 10h-21h
  • Dimanche : 10h-13h


Toutes les infos sur le Zingam à retrouver dans notre cartographie des commerces responsables dans Paris.

Partager cet article :
Vous aimerez peut-être